Actualités

En l'honneur de Notre-Dame : "Le vitrail", le plus beau poème de Lanza del Vasto

 

L'incendie de la cathédrale Notre-Dame fait saigner le cœur de la France entière. Survenu le premier jour de la Semaine sainte, il est un rappel de la Passion. Mais le feu a épargné les prodigieux vitraux que Lanza del Vasto contempla si souvent, notamment la rosace sud, devant laquelle il composa le plus beau de ses poèmes. Signe et espoir de Résurrection ?

La rosace sud

C'est sous l'Occupation que Lanza del Vasto se prit d'amour pour Notre-Dame. Logé dans une mansarde sur l'île de la Cité, il allait presque chaque jour, le ventre vide, s'y rassasier de lumière, Et c'est là que montèrent en lui, comme dictées par une puissante inspiration, les strophes d'un poème entièrement dédié à la résurrection de la chair.

Impossible d'en faire ici le commentaire détaillé. Mais à l'heure où notre pays pleure le plus célèbre de ses monuments religieux, nous voulons lui rendre hommage à travers ce poème extraordinaire. Le premier et le dernier vers, en particulier, sont comme une prophétie de l'événement tragique qui vient de nous frapper.

Daniel Vigne

LE VITRAIL

Nous verrons brûler l’être et l’apparence tels
Que leur étreinte brûle en cette rose ronde,
Quand morts et revêtus de nos corps immortels
Nous remonterons blancs comme un prêtre à l’autel
Les degrés de ce monde.

Quand nos corps décantés, nos corps de verre
Frappés de ciel et de splendeur sévère
Trahiront la couleur dont notre âme est chargée,
Quand nous verrons la vie en un cercle figée,
Et la matière hors d’elle-même sortie,
Et la terre allégée
Comme le pain transparent d’une hostie,

Quand le vide se peuplera de ponts et d’ailes,
Quand nous déchiffrerons le vol de l’hirondelle,
Quand nous saurons par cœur la mer, verbe de marbre,
Et quels longs souvenirs persuadent les arbres
De mener, par d’ambigus rameaux, jusqu’au bout,
Vers l’impassible ciel leurs fleurs fidèles,
Quand nous saurons pourquoi les saints poussent debout
Selon la loi des blés et la ligne des lis,
Et ce qui lie
Les vierges folles aux filets de leur folie,
Quand s’illuminera toute similitude
Comme lumière prise aux rayons de la pluie,
Comme l’étoile à la nuit se dénude,

Quand nous aurons le chat, le serpent et l’ibis,
Comment les rocs profonds méditent leurs rubis,
Ce que cherche le porc dans l’entonnoir du groin,
Et le jour que la limace crée avec sa bave,
Quand se détacheront, colombes dans le loin,
Du bord du dernier ciel des spirales, des cônes,
Trois triangles, un cube et deux dodécagones,
Pour choir et se résoudre en musiques suaves,

Quand tous nos pas portés çà et là, et leur route
Soudée derrière nous par le plomb de l’oubli
Se dresseront soudain dans nos yeux avec toutes
Nos tristesses, tous nos désirs et tous nos doutes
Perdus, et l’entrelacs des actes accomplis,

Quand nous saurons pourquoi notre destin
Fut coupé par un autre, ou le coupe,
D’où vint le vin qui réjouit nos coupes,
Miracle inaperçu dans le bruit du festin,

Que le joug qui nous courbe le cou,
Que l’erreur qui nous roula si loin,
Que les deuils endurés coup sur coup
Ouvraient un trèfle et le bouclaient à point,

Quand s’épanouira notre passé
Lumineux de douleur et brodé de désastres,
Quoiqu’un rire distrait, au centre, l’ait cassé,

Quand notre esprit saura, comme ce vitrail sait,
Pourquoi l’éternité tourne en usant les astres,
Pourquoi Dieu, débordant de sa forme parfaite,
A fait ce monde et voulu nos défaites.

LANZA DEL VASTO, Le Chiffre des choses, Paris, Denoël, 1942