• Vous aussi apportez votre témoignage
  • Mon professeur de latin

    J’avais dix ans quand ma famille est arrivée à l’Arche, à la Chesnaie près de Bollène. J’ai tout de suite trouvé un copain, Daniel, qui était comme un fils adoptif pour Shantidas et Chanterelle. Aussi étions-nous souvent chez Chanterelle. Nous allions aussi visiter « Mère », la mère de Shantidas...

    FRANCIS PYRONNET
  • Êtes-vous celle que l'on attend ?

    Ma marraine me parlait souvent de l’Arche, des amis aussi, et j’ai lu tous les livres de Shantidas. Ses idées me parlaient beaucoup. C’est ainsi que lors d’une visite de Jean-Pierre Lanvin, j’ai su que Chanterelle, qui revenait d'Angleterre avec Shantidas, allait se trouver devant un afflux de travail pour le secrétariat. L’idée m’est venue…

    LUCE PYRONNET
  • La tombe de Lanza del Vasto

    La sépulture de Lanza del Vasto, que jadis j’étais allé voir à la tombée du jour (à l’époque elle n’était là que depuis un lustre) est un poème tout simple dans un sous-bois, une minuscule nécropole où gisent quelques autres oiseaux rares. Une dalle devant laquelle se dresse un obélisque, dans un endroit perdu...

    Raphaël Zacharie de Izarra
  • Je me souviens de toi, Shantidas

    Rien de plus facile que de retrouver, en fermant les yeux, les moments heureux que j’ai pu partager avec Shantidas. Rien de plus difficile que de les mettre par écrit et de les restituer, dans toute leur intensité, à ceux qui désirent partager ces souvenirs…

    Hector O. Merino, dit le Bison noir
  • Un coup de cœur

    Quand j’étais pensionnaire et lycéenne, j’étais seule le samedi soir chez ma sœur et mon beau-frère. J’écoutais des musiques de l’Inde, alors peu connues, et je lisais Lanza. Ce fut pour moi un coup de cœur.

    Christiane Buiron, dite la Licorne
  • Tu éveillais les consciences

    Non, Shantidas n’était pas un « parrain » sicilien , comme le prétendit une ancienne Compagne après une séparation douloureuse. Un peu « macho » quand même ? Si peu, compte tenu de la culture de son époque ! Chanterelle le menait par le bout du nez, et il était trop sensible aux charmes de…

    Claude Voron
  • Quelqu'un que j'attendais

    Avec une amie, Marianne, nous avons fondé un groupe d’amis à Mulhouse, puis j’ai rejoint la communauté en 1968 avec mon mari Erwan. Shantidas était notre maître des novices. Je l’aimais beaucoup et appréciais énormément ses causeries. Ses paroles me nourrissaient.

    Yvonne Châtaigné
  • Profondeur, clarté, logique et poésie

    Je revois la haute stature de Shantidas, ses yeux vifs qui vous scrutaient, sa voix envoûtante. Il était très impressionnant et, en même temps, abordable, ce que j’ai toujours apprécié. Il vivait ce qu’il pensait, ce qui n’est pas courant chez les grands hommes ! Il appelait toujours ma femme Chiara…

    Patrick Theillier
  • Le don des langues

    Ayant séjourné à la communauté de l’Arche à Bollène, peu avant 1960, j’ai été profondément marqué par la rencontre de Lanza del Vasto.

    Ivan Guilitch